Les NACS (Nouveaux Animaux de Compagnie)

Informations et conseils pour tout ceux qui ont ou désirent avoir des NACS comme animaux de compagnie: furets, perroquets, chèvres naines, moutons d'Ouessant...
 
PortailAccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA COCCIDIOSE DE LA CHEVRETTE

Aller en bas 
AuteurMessage
Lambrusco
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 207
Age : 52
Localisation : 77 Villars les massons
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: LA COCCIDIOSE DE LA CHEVRETTE   Lun 12 Nov - 0:33

Page 1
LA COCCIDIOSE DE LA CHEVRETTE
La coccidiose est une parasitose «obligée» de la chevrette entre 1 et 5 mois d'âge. Son
diagnostic s'appuie sur des considérations cliniques, zootechniques et parasitologiques
tandis que son contrôle doit être adapté à chaque condition d'élevage.
La coccidiose des caprins est une affection parasitaire provoquée par la présence de
protozoaires microscopiques en grande quantité au niveau de l'intestin du jeune animal. Une
douzaine d'espèces de coccidies existent chez les caprins mais toutes n'ont pas le même
pouvoir pathogène. Ces coccidies sont spécifiques des chèvres et les contaminations à partir
d'autres ruminants, bovins ou ovins, sont donc impossibles.
Une contamination précoce et inévitable
La contamination des chevreaux s'effectue dès les premières heures de la vie par ingestion
d'éléments parasitaires présents dans le milieu. Cette contamination précoce est inévitable car
l'ensemble des animaux, jeunes ou adultes, excrète des parasites. De plus, les coccidies sont
très résistantes dans le milieu extérieur (plusieurs mois, voire plusieurs années). L'infestation
in utero ou par voie colostrale ne semble pas exister. Les chevreaux commencent à excréter à
leur tour des parasites à l'âge de 3 à 4 semaines puis présentent des infestations en général
élevées entre 1 mois et demi et 5 mois. A partir de 5 à 6 mois, le parasitisme par les coccidies
diminue et devient très faible, sans être nul, chez les animaux adultes. Cette diminution est le
résultat d'un état de résistance développé par l'animal. L’importance de l’infestation d’un
animal provient, soit d’une contamination massive à partir de parasites présents dans le
milieu extérieur (litière, pâturage, aliments, eau de boisson), soit d’une multiplication dans
l'intestin des coccidies lors de stress important des animaux (sevrage, variations climatiques,
allotement, ...). Ces deux possibilités expliquent les circonstances d'apparition de la
coccidiose clinique chez le jeune caprin.
Plusieurs formes cliniques
Avant 3 à 4 semaines la coccidiose-maladie n'existe pas. Plusieurs formes cliniques allant de la
mortalité brutale sans symptôme (forme suraiguë) à un simple ralentissement de la croissance
des animaux (forme subaiguë) sont possibles. Cependant, la présence de diarrhée abondante,
d'une chute de l'appétit et d'un amaigrissement important constituent les signes les plus
fréquents bien que non spécifiques de coccidiose. Ces symptômes s'observent chez des
animaux d'un âge compris entre 1 et 5 mois et font le plus souvent suite à une modification
dans les conditions d'élevage : sevrage, état hygiénique de la litière, allotement, changements
climatiques brusques, pathologie respiratoire, ...
L'incidence du parasitisme chez les animaux adultes est nul sur le plan clinique et hypothétique
sur la production laitière.
Un diagnostic délicat
Au niveau de l'élevage, la coccidiose est suspectée lors de diarrhée ou de mauvais état
général des animaux principalement lors des périodes de stress vues précédemment. Elle est
confirmée par les examens coproscopiques quantitatifs effectués au laboratoire qui révèlent
alors de nombreux ookystes (plus de 100 000 par gramme de fèces) avec un fort pourcentage
de l'espèce la plus pathogène (Eimeria ninakohlyakimovae). Une diarrhée peut avoir d'autres
origines que les coccidies (bactérienne, alimentaire, ...) et certains animaux peuvent excréter
de nombreux parasites sans pour autant être malades. L'examen coproscopique est ainsi un
indicateur du niveau d'infection mais ne justifie pas à lui seul un traitement anticoccidien du
lot de chevrettes.
Un contrôle a définir pour chaque situation
Comme pour toute maladie parasitaire, le contrôle de la coccidiose doit viser en premier lieu à
empêcher l'apparition de signes cliniques chez les animaux. Le second objectif, tout aussi
Page 2
important, est de réduire l'infestation coccidienne lors des périodes à risque afin d'assurer une
croissance optimale des chevrettes. Si la contamination des jeunes est inévitable, celle-ci peut
être cependant réduite par une bonne hygiène de l'élevage : paillage et enlèvement régulier des
litières pour maintenir un milieu le plus sec et le plus propre possible ; éviter les souillures du
foin, des concentrés et de l'eau de boisson par les matières fécales ; ne pas surcharger les lots,
... Les stress doivent être limités : qualité du bâtiment, de l'alimentation et de l'état sanitaire des
animaux. La coccidiose est une maladie d'élevage et toute erreur de conduite peut se traduire
par l'apparition d'une coccidiose clinique. Si l'usage systématique des anticoccidiens n'est en
aucun cas une obligation, il apparaît en pratique qu'un traitement minimal est le plus souvent
nécessaire lors des périodes à risque. Sauf cas particulier, aucun traitement n'est nécessaire
avant le sevrage. Certains travaux récents montrent même que l'administration d'anticoccidien
avant l'âge de 3 à 4 semaines pourrait retarder le développement immunitaire des animaux et
exposer ceux-ci à des infestations sévères par la suite. Le premier traitement systématique doit
se faire lors du sevrage, principale période de stress des chevrettes. Un second traitement peut,
le cas échéant, être effectué environ un mois après afin d'assurer une meilleure croissance des
animaux. Par ailleurs certaines modalités d'élevage des chevrettes entraînant des transports
d'animaux, des allotements, une mise à l'herbe sont autant de stress capables d'induire une
élévation de l'infection par les coccidies. Les anticoccidiens autorisés chez les caprins sont des
sulfamides et s’utilisent de manière ponctuelle pendant 3 à 5 jours. D'autres produits, sur
prescription du vétérinaire, s’administrent en une prise (toltrazuril) ou de manière continue
dans l’alimentation (clopidol-méthylbenzoquate, décoquinate, lasalocid) dans l’alimentation.
C. CHARTIER
L’égide n° 2, 1996
Revenir en haut Aller en bas
http://sangharime.com/MondeAlternatif/index.php
 
LA COCCIDIOSE DE LA CHEVRETTE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» chevrette + diarhée verte
» Chevrette qui mange peu de fourrages
» chevrette d'une semaine amorphe
» accident chevrette
» chevrette malade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les NACS (Nouveaux Animaux de Compagnie) :: Les NACS :: Soins et santé :: Les Chèvres naines-
Sauter vers: