Les NACS (Nouveaux Animaux de Compagnie)

Informations et conseils pour tout ceux qui ont ou désirent avoir des NACS comme animaux de compagnie: furets, perroquets, chèvres naines, moutons d'Ouessant...
 
PortailAccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alimentation

Aller en bas 
AuteurMessage
Lambrusco
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 207
Age : 52
Localisation : 77 Villars les massons
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Alimentation   Lun 18 Aoû - 13:31

Alimentation
Le furet est strictement carnivore.

Pour nourrir son animal le propriétaire d'un furet a le choix entre une alimentation carnée, constituée de proies ou de viandes et de sous-produits animaux broyés et une alimentation à base de croquettes pour chatons d'excellente qualité et pour furet de bonne qualité, cette dernière est l'alimentation la plus courante. [réf. nécessaire] Il est possible de donner ces divers aliments en alternance ou de façon exclusive. L'alimentation du furet reste un sujet de débat entre les éleveurs.

Un furet prend des habitudes alimentaires dans les 6 premiers mois de sa vie, c'est pendant cette période qu'il faut lui faire connaître des goûts différents pour qu'il ne devienne pas exclusif. Le furet fait idéalement plusieurs petits repas par jour, autour d'une dizaine, car sa digestion est très courte (3 à 5 heures). C'est pour cela qu'il est important de toujours lui laisser de la nourriture et de l'eau fraîche à disposition. La nourriture devra contenir de la taurine et être composée d'au moins 20% de graisses et 34% de protéines animales. Dans la nature, les furets trouveraient les autres nutriments nécessaires dans le foie, le cœur ou autres organes de leurs proies, on doit donc parfois leur donner des suppléments, comme des vitamines pour compléter une alimentation industrielle.

Les aliments à éviter sont : le chocolat (la théobromine étant très toxique voire mortelle pour les carnivores en général, dont les furets), les bonbons et autres aliments trop sucrés, les fruits secs, l'alcool, le poisson, le blanc d'œuf cru, le lait (intolérance au lactose, les adultes ne sont plus habitués à le digérer), le café, etc.

Parmi les fruits secs, les raisins (secs ou frais) sont fortemment déconseillés car ils sont toxiques pour les furets. Une étude faite aux Etats-Unis a en effet recensé 23 cas d'intoxication par le raisin. Il a été prouvé qu'une ingestion massive de raisin cause une insuffisance rénale aigüe.
Revenir en haut Aller en bas
http://sangharime.com/MondeAlternatif/index.php
Lambrusco
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 207
Age : 52
Localisation : 77 Villars les massons
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Besoins alimentaires   Dim 2 Déc - 11:19

Le furet est un carnivore .
Son appareil digestif est spécialement adapté à la digestion des produits carnés, mais il digère très mal les amidons, les sucres et les fibres végétales, si ceux-ci n'ont pas été préalablement traités. Il possède un tube digestif très court et la durée moyenne du transit est de trois heures. Sa microflore intestinale est peu développée, ce qui explique qu'il y a peu de temps pour la digestion (enzymatique et bactérienne) ainsi que pour l'absorption des éléments nutritifs.
Il faut donc une alimentation hautement digestible, riche en protéines et en lipides (graisses), mais pauvre en fibres et en glucides complexes. ( JA. Bell : The domestic ferret in research)
Le furet a également des besoins en énergie très élevés (3 fois ceux d'un chien du même poids). Un adulte à l'entretien a besoin de 4200 à 5020 kcal / Kg d'énergie métabolisable par jour (Wallach et Boever, Mc lain et coll, Tauson et coll).
Ce type digestif particulier (rapide et peu performant alors que les besoins sont élevés) entraîne la nécessité d'un nombre important de petits repas permettant de maintenir de la nourriture en permanence dans le tube digestif, augmentant ainsi le rendement en réduisant au maximum les temps morts (JA. Bell). La nourriture doit être laissée à disposition d'autant plus qu'un furet régule Les besoins alimentaires
Une ration équilibrée contient de l'eau, des protéines, des lipides, des glucides, des minéraux et des vitamines en proportion variable, certains éléments sont dits « essentiels » car l'animal ne peut les synthétiser à partir d'autres sources, il doit donc les trouver dans sa ration.
Les protéines (elles doivent être d'origine animale) entre 33 et 38 % avec une valeur idéale de 35% . Elles peuvent représenter 33% de la ration chez les animaux âgés (à partir de 5-6 ans)
Les matières grasses entre 20 et 30%.

Les glucides entre 22 et 24 %

Les fibres doivent être inférieures à 2%

D'une manière générale, les besoins en eau du furet sont de 75 à 100 ml par jour ( Bell JA ).
Ils augmentent avec la température, le taux de protéines de la ration, l'état physiologique (gestation, lactation, maladies…).
Les besoins protéiques du furet sont assez élevés, il est sensible aux carences en arginine et en thiamine. La qualité des protéines est un facteur essentiel : elles doivent être d'origine animale et hautement digestibles. Ainsi les aliments de supermarchés sont à éviter car ils contiennent beaucoup trop de protéines d'origine végétale. Le furet les digère mal d'une part et leur consommation entraîne une augmentation du pH urinaire pouvant conduire à des pathologies graves (cystites, calculs) . Les poissons gras (d'eau de mer surtout) sont riches en thiaminase, enzyme qui détruit la thiamine. Ils ne constituent donc pas une viande de choix pour le furet.
Cependant, même une source protéique d'origine animale n'est pas forcément une garantie de haute valeur nutritionnelle. Ainsi, les tendons, les aponévroses ou autres bas morceaux, ont une valeur biologique en acides aminés très médiocre.

La digestibilité des ingrédients revêt une importance particulière chez le furet du fait de la rapidité de son transit intestinal et de la faible participation de sa microflore aux phénomènes digestifs, il lui faut un aliment constitué de matières premières hautement digestibles ( Bleavius ).

Les matières grasses ou lipides constituent la source principale d'énergie de la ration (Mc Lain et coll)
. De plus, les graisses donnent une texture particulière aux aliments en augmentant leur appétence et retardent la vidange gastrique. L'acide linoléique est reconnu comme acide gras essentiel chez le furet, il doit représenter au moins 0.5% de la matière sèche totale de l'aliment (Rammel , Mc Lain ).
L'inconvénient des graisses est leur aptitude à s'oxyder, particulièrement les acides gras insaturés (présents dans les graisses de mauvaise qualité, telles que les huiles de poisson ou chevaline)( Borsting et coll).
Ce processus est accéléré à l'air libre et si la température est élevée. Il faut donc prendre quelques précautions pour le stockage des aliments gras. L'adjonction d'antioxydants (vitamines E) permet de ralentir ce phénomène ( Harris et coll).
Les glucides ne sont pas une source nécessaire d'énergie, sauf le lactose pour la croissance des jeunes en allaitement. Les animaux sevrés et adultes utilisent cependant les glucides simples ainsi que l'amidon si celui-ci a été préalablement chauffé(Tauson).
Il faut se méfier des friandises sucrées, généralement très appréciées , qui risquent de réduire l'ingestion de protéines et de lipides absolument nécessaires (ils coupent la faim en quelque sorte). Dans ce cas, on constate un amaigrissement.
Les minéraux :
Les besoins en calcium (Ca) , phosphore (P) et magnésium (Mg) sont étroitement liés et doivent être considérés ensemble . Les besoins en sel sont couverts lorsque la ration contient 0.5% de la matière humide de NaCl.
Il faut savoir que la viande distribuée seule apporte beaucoup plus de phosphore que de calcium d'où un risque de carence en calcium, surtout chez les jeunes.

Les vitamines :
La plupart des matières premières utilisées pour l'alimentation contiennent des vitamines, les risques de carence sont donc faibles.
Les cas les plus fréquents sont dus à des substances antagonistes des vitamines (telle la thiaminase dans le blanc d'œuf cru) ou à des déséquilibres des vitamines les unes par rapport aux autres (surtout lors de supplémentation hasardeuse). L'apport en vitamine D dépend de la concentration de la ration en Ca et P et de la durée d'exposition aux rayonnements ultraviolets. La vitamine E est ajoutée aux régimes riches en lipides pour ces pouvoirs anti-oxydants. La vitamine A doit être limitée et ne pas dépasser 100 UI par jour (Attention au foie qui est très riche en vitamine A)
Un animal consomme la nourriture en quantité suffisante pour satisfaire en premier lieu ses besoins énergétiques, mais il faut également considérer l'importance du rapport protido-calorique de la ration.
En effet une ration trop pauvre en protéines, même si elle est riche en énergie, ne correspondra pas aux besoins du furet. Par conséquent, les pratiques qui consistent à ajouter de la graisse ou des additifs hautement énergétiques, mais de qualité médiocre, à un aliment pour le rendre plus appétant ou pour augmenter sa valeur énergétique sans respecter l'équilibre dans la proportion des divers nutriments qui le compose sont néfastes pour la santé du furet. Elles vont conduire immanquablement à l'apparition plus ou moins rapide de troubles liés à des carences (retard de croissance, poils ternes et peu fournis, anomalies congénitales, avortement, mortalité néonatale, baisse de fertilité) (Burke, Rammel , Wallach). Un problème inverse se pose avec les aliments humides . Malgré une teneur en protéines souvent plus élevée que les aliments secs, ils contiennent au moins 78% d'eau, ce qui représente un certain volume. L'animal ne peut physiquement pas ingurgiter suffisamment d'aliment pour couvrir ses besoins énergétiques du fait de sa capacité gastro-intestinale.

Quel type d'alimentation ?
Il faut également tenir compte de l'appétence de l'aliment . Comme le chat, le furet peut développer une accoutumance à une saveur spécifique et refuser tout autre aliment. Pour cela, il est préférable de nourrir les jeunes avec des croquettes variées afin de lui faire admettre de nombreux goûts pendant cette phase d'apprentissage. Mais attention, cela ne signifie pas qu'il faut distribuer récompenses et friandises variées en plus de l'aliment de base.
En effet, comme nous l'avons vu précédemment, certains nutriments trop énergétiques ou peu digestibles vont nuire à la consommation d'un repas équilibré : la conséquence est généralement un amaigrissement ou un retard de croissance . Dans d'autres cas, et en particulier pour les animaux en cage manquant d'exercices, l'excès de protéines va conduire à l'obésité et à l'insuffisance rénale à long terme.

Tout changement alimentaire doit faire l'objet d'une transition progressive (en mélangeant l'ancien aliment avec le nouveau pendant quelques jours jusqu'à substitution complète).

Les rations ménagères
En ce qui concerne les rations ménagères, à moins de disposer de matières premières constantes et de haute qualité , il est très difficile de préparer une ration équilibrée.
De plus, du fait de la nécessité de prendre de nombreux petits repas dans la journée, il est très peu probable d'assurer la conservation d'aliments « naturels » à température ambiante.
La ration distribuée 2 à 3 fois par jour seulement entraîne un risque d'hypoglycémie et rend les animaux très irritables.
Une étude de Kaufman démontre que le furet préfère prendre 9 à 10 repas par jour.

Enfin, la distribution de carcasses de volailles et de petites proies présente plusieurs inconvénients : leur qualité sanitaire n'est pas assurée (salmonelles, listéries, cryptosporidies…), les petits os entraînent un risque de perforation intestinale, la vitesse de transit du furet ne permet pas une digestion rentable et les carences à long terme sont à craindre.
Vous avez choisi de faire de votre furet un animal de compagnie et par conséquent son mode de vie est désormais sédentaire et confortable. N'imaginez pas que douillettement installé dans votre appartement ses besoins alimentaires peuvent encore être proche de celui d'un animal sauvage qui doit affronter le froid, les prédateurs, la disette. La suralimentation énergétique et protéique a des conséquences néfastes dans toutes les espèces animales, le furet n'est pas épargné. L'apport excessif de viande conduit à l'insuffisance rénale et aux carences à long terme.
Les boites
La distribution de boites de conserve présente également un certain nombre d'inconvénients :
D'abord, il est peu recommandé de laisser en libre service une nourriture qui risque de rancir ou de s'abîmer. D'autre part, l'administration exclusive d'aliments mous favorise l'apparition de tartre. Enfin, la teneur en eau de la plupart des boites (en moyenne 75%) génère un volume qui nuit à la concentration énergétique de l'aliment . En fait, un furet ne peut en ingurgiter suffisamment (capacité gastro-intestinale) pour couvrir ses besoins.
Toutefois, certaines rations de très bonne qualité peuvent convenir dans des cas particuliers : maladies, convalescence, gestation, lactation, sevrage des jeunes, administration plus aisée de médicaments…
Les croquettes
Les rations sèches sont donc le moyen le plus pratique et le mieux adapté aux exigences nutritionnelles du furet.
C'est un aliment :
- très énergétique
- équilibré
- adapté à la bouche de l'animal
- qui exerce une action mécanique sur les dents retardant le dépôt de tartre (Démontré par Bell )
- qui peut rester à l'air libre sans s'avarier (taux d'humidité faible)
- qui offre une facilité de transport et de stockage (pas de chaîne du froid nécessaire)
Les croquettes doivent être de « haute gamme » (donc pas achetées en grandes surfaces mais dans une animalerie ou chez votre vétérinaire).
Les croquettes pour chien sont fortement carencées en protéines et particulièrement en arginine et taurine.

La majorité des croquettes furet actuellement présentes sur le marché français sont en réalité des croquettes vison renommées furet, et leur composition n'est généralement pas correcte (à base de poisson).
Les croquettes pour chaton sont celles qui regroupent le plus de qualité et permettent de répondre aux exigences nutritionnelles du furet de compagnie. Pensez cependant à lire la liste des ingrédients, sachez que ceux-ci sont énumérés par ordre d'importance dans la teneur du paquet, ainsi les deux premiers ingrédients de la liste doivent être de préférence des aliments d'origine animale.

Distribution de friandises
Les huiles pour furet vitaminées ou pas ont très peu d'intérêt également, elles doivent être utilisées avec modération sous peine de diarrhée ou d'hypervitaminoses. La charcuterie est à proscrire car elle contient trop de sel. Les friandises sucrées sont à éviter, le chocolat est toxique comme chez tous les carnivores (à cause de la théobromine qu'il contient). Les fruits et légumes dont ils sont pourtant friands sont trop chargés en glucides et fibres végétales.
Revenir en haut Aller en bas
http://sangharime.com/MondeAlternatif/index.php
Lambrusco
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 207
Age : 52
Localisation : 77 Villars les massons
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Alimentation   Sam 24 Nov - 13:02

L'alimentation est très vaste sujet, qui créer beaucoup de polémiques dans le monde du furet.
En effet, le furet est un carnivore strict qui ne digère que des aliments d'origine animale (à la différence du chat qui peut digérer certaines protéines végétales). Les croquettes pour chats ou chatons, très souvent conseillées par beaucoup de gens sont trop pauvres en protéines ANIMALES (et contiennent beaucoup de protéines végétales, de soja par exemple), et de plus elles sont bien trop pauvre en lipides. La majorité des croquettes pour furets sont elles aussi bien trop pauvre en aliments véritablement digérés par le furet.
Les furets sont très sensibles du point de vu digestif, et énormément de pathologies d'origine digestive sont recensées (Diarrhées inexpliquées, insulinomes, problèmes hépatiques, fonte musculaire…).
Pour beaucoup de spécialistes, l'alimentation est la cause numéro un de beaucoup de ces pathologies.

Le Barf. Il s'agit de volaille broyée (volailles entières), que l'on peut trouver facilement ("Dogador" chez Intermarché ou chez Picard). Cela se présente sous forme de steak hachés congelés. Il faut en général apporter tout de même un complément polyvitaminé dans l'eau de boisson pour ce type d'alimentation. (ferrotone 8 en 1 skin and coat supplément) en vente sur le net.

Si vous nourrissez votre furet aux croquettes (de préférence), essayez au moins de lui apporter des croquettes de haute qualité pour furet "Totalyferret", ou "Marshall" , que l'on peut commander par Internet).

Vous pouvez aussi lui donner de temps en temps (pas trop souvent !) des cœurs ou gésiers de poulets, un jaune d'œuf cru, de l'huile de foie de morue, de la moelle osseuse crue, un tout petit peu de laitage (fromage blanc, petit suisse), du jus de fruit.

Attention !! Le furet ayant un transit digestif très court (~3h), ne doit pas jeûner trop longtemps. Il risque à partir d'un certains temps, une hypoglycémie qui peut être dangereuse chez certains individus !! (méfiance lors du changement d'alimentation, s'il ne veut pas de la nouvelle…)

Bon, vous pouvez lui faire goûter un petit morceau de raisin ou autre fruit à titre très exceptionnel et s'il le veut. (mais
uniquement si votre furet n'est pas sujet aux diarrhées).

Attention, le chocolat est toxique !! (comme pour le chien et le cheval d'ailleurs !)


Dernière édition par Lambrusco le Sam 25 Oct - 14:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sangharime.com/MondeAlternatif/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alimentation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alimentation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les NACS (Nouveaux Animaux de Compagnie) :: Les NACS :: Leur alimentation :: Les Furets-
Sauter vers: